Équipe

Coordinatrice du Projet / Project manager

Prof. H. Procopiou

La coordinatrice du projet, Haris PROCOPIOU est professeure d’archéologie à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, rattachée à l’UMR 7041 ArScAn. Elle est spécialiste des techniques agricoles et artisanales dans le monde égéen et la Méditerranée orientale durant l’âge du Bronze.  Elle a participé à plusieurs fouilles en Grèce et au Proche-Orient et a dirigé des enquêtes ethnographiques participatives (Grèce, Inde, Tunisie) sur les techniques préindustrielles. Dans ce cadre, elle développe des stratégies de sauvegarde des savoir-faire menacés, en adéquation avec la convention de l’Unesco sur la conservation du patrimoine immatériel.

Elle a participé à des projets scientifiques nationaux (5) et internationaux (6) notamment les programmes EARTH (ESF) et PlantCult (ERC) portant sur les pratiques agricoles et alimentaires préindustrielles. Elle a codirigé 1 projet Lyon Science Transfert sur le transfert des savoirs antiques vers l’artisanat actuel et 1 projet CNRS-Technologies Innovantes au Service de la Pluridisciplinarité. Elle a enfin coordonné deux projets ANR sur l’histoire des techniques protohistoriques. Ces études récentes portent sur le rôle des sens et des émotions durant les processus de création.

Elle est actuellement co-responsable de la Section d’Archéologie, membre du conseil de l’UFR 03 et de l’École doctorale d’archéologie ED112 Elle a encadré une centaine de masters et 20 thèses. Elle dirige actuellement 11 thèses et 8 masters.

Le responsable administratif / administrative Manager 

Dr. Y. Rezkallah

Le responsable administratif de l’EUR, Younes REZKALLAH, est docteur en archéologie et archéométrie et spécialiste des matériaux et des sciences appliquées en archéologie. Il dispose d’une expérience interdisciplinaire, multiculturelle et internationale. Il est diplômé de quarte universités: Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Doctorat), Université du Yarmouk, Jordanie ( MS), Université de Bagdad, Irak (MA), Université d’Alger (Lic.Arch).

Il dirige une mission archéologique à Timgad et dans sa région (MATR) dont l’un des projets porte sur l’étude des carrières, des sites archéologiques et des matériaux de construction antiques et sur la mise à jour de la carte archéologique de cette région.  Ses recherches et publications sont focalisées sur l’archéologie romaine, l’archéologie des carrières, l’archéologie du bâti et les nouvelles technologies appliquées en archéologie et au patrimoine culturel matériel et immatériel. Il pratique notamment des prospections aériennes et sur le terrain, des analyses archéométriques des matériaux de construction antiques et des artéfacts archéologiques, et il développe des bases de données et des SIG en archéologie. Membre de plusieurs associations et organismes internationaux il a développé une expertise dans les domaines du patrimoine, de la culture et l’administration de la recherche.

Responsable Méthodes

Prof. F. Giligny

   François GILIGNY est Professeur de Méthodes et théories de l’archéologie à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne depuis 2009. Il enseigne les méthodes de l’archéologie, depuis les méthodes et techniques de terrain jusqu’aux statistiques et aux technologies numériques. Il a dirigé des fouilles préventives en archéologie et mène des recherches et des fouilles dans le Bassin Parisien sur des sites néolithiques. Il a créé et est codirecteur à Paris1 Panthéon-Sorbonne de deux Masters professionnalisants : le Master archéologie « Ingénierie en  archéologie » et le Master Patrimoine et musées « Médiation et valorisation du patrimoine archéologique ». Directeur scientifique de la revue « Les Nouvelles de l’archéologie », il  est impliqué dans deux Commissions de l’UISPP, dont il a organisé le 18e Congrès en 2018 à Paris. Ses thèmes de recherche incluent le Néolithique européen, la technologie céramique, la méthodologie en archéologie, l’archéologie numérique et le patrimoine numérique.

Responsable du Défi 1 Environnement et changement climatique

Prof. C. Petit

Christophe PETIT est Professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et  co-responsable de l’équipe Archéologies environnementales  ArscAn-Archéologies environnementales.

.

.

Responsables du Défi 2 : Pouvoir et inégalités

Prof. O. de Cazanove

Olivier de CAZANOVE est professeur d’archéologie romaine (occidentale) à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il est rattaché à l’UMR ARSCAN, au sein de laquelle il est co-responsable de l’équipe GAMA, « La Gaule dans le Monde Antique ».  Ancien élève de l’ENS, agrégé, il a été membre de l’École Française de Rome, directeur du Centre Jean-Bérard de Naples (1985-1991) et conduit aujourd’hui encore des fouilles dans l’Italie du Sud lucanienne, à Tricarico (Basilicate). Ses travaux portent aussi sur les lieux de culte et les offrandes dans les mondes préromains et romains, entre autres en Gaule  :  à Alésia, il a repris, à partir de 2008, l’exploration archéologique d’un grand sanctuaire consacré à Apollon Moritasgus dont il prépare actuellement la publication.  Depuis 2021, dans le cadre du labex Les Passés dans le Présent, il pilote le projet CARDO (CArnets de fouilles. La DOcumentation archéologique immergée), sur des archives archéologiques du XXe siècle, en France et en Italie

Dr. M. Pomadere

Maia POMADERE est maître de conférences en archéologie grecque (du Néolithique à la période archaïque), Maia Pomadère est rattachée à l’équipe de Protohistoire égéenne de l’UMR 7041-ArScAn. Agrégée d’histoire et ancienne membre de l’Ecole française d’Athènes, elle a enseigné l’histoire et l’archéologie du monde grec à l’université d’Amiens (UPJV) avant de rejoindre Paris 1 où elle assure la direction des études du parcours « Archéologie » en L3. Elle a participé à différentes missions archéologiques en Grèce et conduit depuis 2005 des fouilles dans la ville minoenne de Malia, en Crète, en cours de publication. Ses recherches sont guidées par deux axes, l’un sur l’architecture domestique, l’urbanisme et les techniques de construction dans le monde égéen ; l’autre sur les pratiques funéraires, en particulier celles appliquées aux enfants pendant la protohistoire égéenne et la transition vers l’âge du Fer. Elle est responsable de l’un des axes de l’ANR TiMMa (Timber in Minoan and Mycenaean Architecture, resp. S. Rougier-Blanc).

Responsable du Défi 3 : Conflits, mobilités et migrations

Prof. P. Butterlin

Pascal BUTTERLIN est professeur d’archéologie du Proche-Orient ancien à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ancien élève de l’École Normale supérieure et agrégé d’histoire, il participe à des recherches archéologiques en Syrie et en Irak. Il dirige la mission archéologique française de Mari en Syrie et la mission archéologique française de Khorsabad en Irak.

 

 

.

Responsable du Défi 4 : Technologie et innovation

Dr. M. Christensen

Marianne CHRISTENSEN est maître de conférences (HDR) en archéologie préhistorique et membre de l’équipe Ethnologie Préhistorique de l’UMR 7041-ArScAn (CNRS).  Ses recherches s’inscrivent dans une approche palethnologique des sociétés de chasseurs-cueilleurs. Elle aborde ce domaine par le biais de la technologie des productions en matières dures d’origine animale, étudiant le rôle qu’elles occupaient dans le quotidien des chasseurs-cueilleurs en Europe et en Amérique australe. Ses activités d’enseignement, de formation et de recherche sont principalement orientées, depuis de nombreuses années, vers cette thématique. Elle a fédéré des recherches collectives dans ce domaine en créant, en 2002, l’axe de recherche «  Les ressources animales : acquisition, transformation et utilisation » au sein de son équipe. Co-responsable des fouilles du site magdalénien d’Étiolles depuis 1991, elle est également directrice la Mission Archéologique française en Patagonie et Terre de Feu (Ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères). Elle est actuellement responsable du parcours Master 2 « Archéologie de la Préhistoire et la Protohistoire », membre du conseil de l’UFR 03 et de l’École doctorale d’archéologie ED112. Elle a encadré 150 masters et 15 thèses. Elle dirige actuellement 8 thèses et 6 masters.